Introduction au paiement mobile

Photo by Jonas Leupe on Unsplash

 

  En septembre 2017, plus de 60% des français ont déjà utilisé leur smartphone pour effectuer un paiement. À l’ère du numérique, où nous passons chaque jour plusieurs heures sur notre smartphone que nous gardons constamment sur nous, le paiement mobile apparaît comme une évidence, tant il simplifie la vie des utilisateurs. En effet plus besoin de se promener avec une carte bancaire, un chéquier ou encore des espèces, tout est accessible depuis un smartphone.

 

Le paiement mobile, que-ce ?

  Avant de parler du paiement il convient de définir ce dernier. Le paiement mobile peut être défini comme étant une transaction effectuée depuis un téléphone mobile et débitée sur une carte bancaire et un porte-monnaie électronique.

Il existe différents types de paiement mobile, cependant deux moyens se démarquent des autres en terme de popularité.

Le premier, qui est aussi le plus courant, est le paiement mobile effectué dans le cadre du e-commerce. Dans ce cas, le mobile remplace l’ordinateur en utilisant soit une carte bancaire soit un compte Paypal.

Le second correspond au paiement sans contact grâce au smartphone. La technologie NFC (Near Field Communication) est très largement utilisée pour ce type de paiement car elle permet d’effectuer une transaction en approchant simplement son téléphone d’un terminal spécialisé.

Parmis les différentes solutions émergentes ou déjà en place, certaines utilisent uniquement le paiement mobile via Internet comme Izly par exemple mais d’autres se basent sur les deux types de paiement comme Apple Pay ou Android Pay.

 

Les solutions existantes

  Ils existent plusieurs solutions concernant le paiement mobile, les principales solutions sont celles apportées directement par les constructeurs de smartphone ainsi que par les systèmes d’exploitation mobile.

Apple Pay et Android Pay, les fers de lance du paiement mobile

  Disponible en france depuis juillet 2016, Apple avec sa solution Apple Pay propose un service qui a déjà réussi à bien s’implémenter sur notre territoire. Présentée et lancée à la fin de l’année 2014 aux États-Unis, elle a su conquérir les ⅔ du marché durant ses premiers mois de commercialisation. Seul petit bémol, la solution n’est pas disponible pour les possesseurs d’un iPhone 5s ou inférieur dû à l’utilisation de la technologie NFC, qui est absente sur ces appareils. Bien que son utilisation reste plutôt confidentielle à l’heure actuelle, sa force majeure est son implémentation dans l’écosystème Apple, qui est largement utilisé en France. Par ailleurs, Apple a annoncé lors de son lancement en France que 400 000 établissement avaient été équipés d’un lecteur compatible pour la solution proposée par Apple par l’intermédiaire de Visa. Cette dernière ne devrait donc avoir aucun mal à décoller si le paiement mobile se démocratise.

  Le géant Google n’est pas en reste, tentant également de tirer profit de ce nouveau marché porteur. Présentée et lancée lors de la conférence annuel de Google “Google I/O” en 2015, la solution Android Pay proposée par Google est quant à elle dédiée à l’écosystème Android. Il ne s’agit là pas de la première tentative du genre de la part de l’entreprise Californienne, qui avait déjà lancé “Google Wallet” en 2011, son service permettant d’envoyer facilement de l’argent à ses proches. Bien que, Google continue de développer Android Pay de l’autre côté de l’Atlantique notamment, en signant un partenariat avec Paypal afin de faciliter encore plus son utilisation, Android Pay n’est malheureusement pas disponible à ce jour en France, venant en partie du manque de partenaires locales.

  Apple Pay et Android Pay possèdent de nombreux avantages que ce soit pour les utilisateurs ou les vendeurs de marchandises et de services. En effet, cela permet de fournir une transaction sécurisée pour l’utilisateur, les identifiants de sa carte bancaire n’étant pas communiqués au vendeur, qui d’ailleurs n’a pas à se charger de les stocker et de sécuriser.

L’utilisateur a aussi sa démarche facilitée, en effet il suffit de s’identifier grâce au TouchID ou FaceID par exemple (système d’identification biométrique sur iPhone, iPad et Mac) et l’achat est immédiat. S’il a également renseigné ses données d’expédition dans Apple Pay, il n’aura pas à les renseigner au moment du paiement.

 

La réaction des acteurs du marché

  Android Pay et Apple Pay sont les deux grandes solutions actuellement disponibles, mais d’autres alternatives comme Samsung Pay sont proposées, mais uniquement sur les smartphones de la marque éponyme. Il y a également Lydia, qui est une solution équivalente à Apple Pay et Android Pay, mais qui propose également une carte de paiement virtuelle ou physique qui peut être utilisée à travers Apple Pay.

Les banques se sont également associées avec les “poids lourds” du marché comme Apple et la Caisse d’Épargne par exemple, dans l’objectif de proposer un service clé en main pour leurs clients sans avoir à réaliser de développement spécifique.

 

Le paiement mobile, une technologie prometteuse

  Malgré une réticence d’une grande part des utilisateurs (d’après une étude Harris Interactive de Novembre 2016, environ deux tiers des personnes sondées déclarent n’avoir “aucune intention d’utiliser” le paiement mobile), le marché du paiement mobile est prometteur pour plusieurs experts grâce surtout à l’influence des géants comme Apple et Google qui offrent à ce secteur un avenir radieux. Mais la réalité est qu’un certain pourcentage de la population n’éprouve pas la nécessité d’utiliser leur smartphone pour effectuer un paiement.

  Le plus grand défi pour les acteurs du marché sera donc d’arriver à convaincre cette partie de la population encore réticente au changement. Cette situation peut rappeler celle que vivait le chéquier il y a quelques années, qui était fortement utilisé avant de commencer à voir son usage fortement décliner ; son usage est maintenant limité aux réticents qui souhaitent continuer de l’utiliser.

 

On parle beaucoup de la standardisation et de la démocratisation de ces technologies mais aussi de la sécurité que ce soit contre les vols ou les piratages. Il existe de nombreuses technologies utilisant le paiement mobile. C’est pourquoi, ce secteur est en plein essor, les technologies sont encore en train de se développer et il reste encore quelques problématiques à résoudre. Ce secteur prometteur mais encore très jeune fait intervenir de nombreux acteurs. Que ce soit les banques, les grands groupes impliqués dans le mobile comme Apple, Google ou Samsung.

Mais nul doute que les différents acteurs du marché vont réussir à les résoudre dans les prochaines années.

 

Pour aller plus loin

Les commentaires sont fermŽs !

« »